Intervention de Marc Barbier (LISIS, INRAE) : « Fin interminable du « grand partage », double herméneutique et enjeux de recherche sur l’expertise citoyenne »

Marc Barbier est directeur de recherche à l’INRAE, au Laboratoire interdisciplinaire Sciences Innovations Sociétés (LISIS). Ses recherches portent sur les sciences et techniques dans le domaine de l’agriculture, de l’agronomie et des sciences du vivant. Plusieurs de ses travaux portent sur l’expertise et ses évolutions.

Différentes configurations de l’action publique et de son rapport à la science ont été données à voir historiquement. Dans son intervention, il se base sur deux d’entre elles. D’abord, Marc Barbier s’intéresse au Grand Partage, en s’appuyant sur les travaux de l’anthropologue britannique Jack Goody. Ensuite, il poursuit sa réflexion en s’appuyant sur la double herméneutique, introduite par Anthony Giddens.

Dans La Raison graphique (1979), J. Goody souligne les limites de la distinction entre les sociétés orales et les sociétés écrites qui aboutirait à une dichotomie entre une « pensée sauvage » et une pensée civilisée. Ainsi, pour M. Barbier, les savoirs aussi ne peuvent être appréhendés sous le seule prisme d’une différenciation entre le profane et le scientifique. Il faut, pour lui, adopter une « approche non essentialiste des savoirs ». Et ce, pour trois raisons qu’il développe comme suit : 1) la production des savoirs est située ; 2) toute situation nécessite un cadrage des problèmes qui rend des questions visibles, et en invisibilise d’autres ; enfin, 3) il existe des formes alternatives de savoirs qui font l’objet de questions politiques. Tout comme J. Goody, M. Barbier préconise d’aborder la notion de multiplicité plutôt que de distinction. Il existe en effet une multiplicité de formes de production des savoirs qu’il n’est pas nécessaire d’opposer les unes aux autres. De plus, la reconnaissance dans les science studies du caractère situé des savoirs impose de réinterroger le concept même de savoir. M. Barbier donne diverses configurations possibles de savoirs dits « situés », tels que : « Local knowledge for alternative agriculture » (Kloppenburg, 1991) ; « Lay knowledge » (Wynne, 1996) ; « Patient expertise » (Epstein, 1995) ; ou encore « Recherche de plein air » (Callon et al. 2001). La littérature en anthropologie des connaissances aborde ces formes de savoir notamment sous le concept de « savoirs locaux ». Ces derniers y sont généralement définis en opposition par rapport aux savoirs qui sont produits au sein du monde académique. Malgré la tentative de rehausser ces formes de savoirs, on retrouve encore ici la distinction entre savoir scientifique et savoir profane.

Dans la deuxième partie de son intervention, M. Barbier aborde une seconde configuration au sein de laquelle ont émergé différents modes de production des connaissances. C’est ici qu’il s’appuie sur les travaux d’Anthony Giddens concernant la double herméneutique. Pour le sociologue britannique, il existe une interaction perpétuelle entre la vie sociale telle qu’observée par les sociologues, et les savoirs sociologiques produits lors de ces observations. Marc Barbier en déduit qu’il existe une relation forte entre d’une part les chercheurs et, d’autre part, les milieux associés à la recherche. En s’appuyant sur les travaux de Jacques Ellul et plus particulièrement sur Le bluff technologique (1988), M. Barbier revient sur l’émergence de l’agroécologie. Il revient sur l’approche par système qui s’est particulièrement développée dans les années 1970 à la suite de la 2eme cybernétique. Il mentionne l’article « Agricultural ecology. An analysis of world food production systems » (Cox, Atkins & Freeman, 1979) dans lequel les auteurs ont défini l’agriculture écologique comme une compétence disponible au sein de populations agraires. L’agro-écologie serait ainsi née des connaissances développées par l’observation des activités des traditional/poor farmers. Cette ouverture se  poursuit par les travaux de Miguel Altieri, professeur chilo-américain. L’agroécologie impulse alors une nouvelle configuration de mobilisation duale des savoirs dans laquelle il serait question d’aller chercher les savoirs issus des tradictional/poors farmers afin de compléter les connaissances scientifiques. Mais selon M. Barbier, bien que le développement de l’agro-écologie ait donné à voir une nouvelle vision de la pluralité des savoirs, ce mouvement de l’agro-écologie prend forme dans un moment historique depuis le tournant critique de l’agriculture industrielle dans les années 80’ où le développement des incertitudes scientifiques, des controverses sociotechniques, mais aussi des débats publics remet en question les formes initiales de l’action publique en matière de sécurité sanitaire des aliments qui prédominaient jusqu’alors. Différentes luttes émergent en Europe et ailleurs dans le monde autour des crises sanitaires (Vache folle puis épisodes de grippes) et des conflits sur les biotechnologies, se traduisant notamment par : une lutte démocratique sur l’organisation du système d’expertise ; une lutte consumériste sur la qualité sanitaire des aliments et des filières ; une lutte juridique sur la constitution des victimes et autres porteurs d’alerte du système  agro-industriel.

Dans ce moment, la recherche en SHS aurait selon M. Barbier occupé différentes fonctions, telles que favoriser la co-construction des politiques publiques, proposer une vision critique des institutions et des politiques ou encore décortiquer les mécanismes de construction de l’action publique, ce qu’en France le programme Risques Collectifs et  Situations de Crise aura particulièrement bien incarné. D’autres questions sont ouvertes aujourd’hui avec l’épidémiologie populaire, la revendication de recherches citoyennes et l’impératif de la participation qui viennent affirmer la force et l’utilité de formes de savoir différemment attachés à l’activité scientifique. Il apparaît alors pertinent de poursuivre ces questionnements portés par l’anthropologie des connaissances afin de comprendre notamment en quoi la rationalité scientifique peut être aussi un verrou important dans le développement des modes de production de savoirs dans le maintien d’une opposition visant plus le maintien de la Science comme idéologie que la réalisation de recherches pertinentes pour traiter des problèmes pertinents pour ceux qui les vivent. Quel type de consensus sur les formes de production de savoirs supposent ces nouvelles configurations ? Cette réflexion conduit à réinterroger le concept même d’expertise citoyenne et ses limites dans l’interprétation et l’analyse de ces configurations.  

Bibliographie sélective : 

Barbier M. & Granjou C., Quand l’expertise scientifique construit la précaution : le cas des maladies à prions.

Barbier M. & Granjou C., Métamorphoses de l’expertise.

Barbier M., Cauchard, L., Joly, P., Paradeise, C. & Vinck, D., Approche écologique, pragmatique et politique de l’expertise.

Barbier M., Derbez F., Lamine C., L’indétermination performative d’instruments d’action publique pour la transition.

Ellul J., Le bluff technologique, Hachette, Paris 1988, 489 p.

Goody J., La Raison graphique, les Éditions de Minuit, Paris, 1979, 274 p.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Saliha Hadna (23 septembre 2020). Intervention de Marc Barbier (LISIS, INRAE) : « Fin interminable du « grand partage », double herméneutique et enjeux de recherche sur l’expertise citoyenne ». Expertise citoyenne et action publique . Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/omr2


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search