Intervention de Marion Carrel (Université de Lille, CeRIES) : « L’autonomie des savoirs et leur croisement : levier de lutte contre les injustices épistémiques »

Marion Carrel est enseignante-chercheuse, Professeure de sociologie à l’Université de Lille. Elle a mené une thèse sur la participation des habitants dans la politique de la ville, sur la place des personnes les plus précaires dans la démocratie participative (Carrel, 2013). C’est dans ce cadre qu’elle s’est intéressée notamment au Mouvement ATD Quart Monde à travers les « co-formations » mises en œuvre sur la base du « croisement des savoirs et des pratiques », c’est-à-dire des dispositifs permettant à des personnes en situation de pauvreté et des professionnels (travailleur social, enseignant…) de se former mutuellement.

Marion Carrel a divisé son intervention en deux parties : elle a tout d’abord présenté plusieurs initiatives auxquelles elle contribue qui sont centrées sur les démarches participatives en matière de politique publique ou en matière de recherche scientifique ; elle a abordé, dans une seconde partie, un processus d’évaluation en « croisement des savoirs » auquel elle a participé et qui portait sur un projet de recherche ÉQUIsanTÉ mené au Québec. La deuxième partie de son intervention renvoie au contenu d’un article scientifique publié dont elle est co-auteure (Carrel et al., 2017).

Initiatives centrées sur les démarches participatives

Depuis plusieurs années, Marion Carrel a poursuivi ses premiers travaux sous l’angle des recherches en « croisement des savoirs » à partir d’un séminaire épistémologique organisé au Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) en 2015 et à partir de la recherche ÉQUIsanTÉ menée au Québec. Elle participe à la coordination d’une démarche collective appelée « L’espace collaboratif « Croiser les savoirs avec tou.te.s » »1, visant le développement des recherches participatives avec des personnes en situation de pauvreté. Cette initiative s’inscrit dans le cadre d’une convention de deux ans établie entre le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), le Cnam et le Mouvement ATD Quart Monde. Un des objectifs de la démarche est de mener une réflexion sur les épistémologies qui peuvent être rassemblées derrière le concept d’« épistémologie post-pauvreté », c’est-à-dire une production de connaissances à partir des savoirs issus de la lutte contre la pauvreté en dialogue avec d’autres épistémologies radicales (féministes, postcoloniales).

Marion Carrel est co-directrice du Groupement d’intérêt scientifique Démocratie et Participation, réseau francophone de chercheur.e.s sur la démocratie et la participation. Le GIS a organisé en 2019 un prix de la recherche participative2, ce qui a constitué un cadre pour la production d’une revue de la littérature sur la recherche participative par Maïté Juan3.

Projet ÉQUIsanTÉ et évaluation de recherche en « croisement des savoirs »

Dans la deuxième partie de son intervention, Marion Carrel a abordé l’évaluation « en croisement de savoirs » à laquelle elle a participé et qui a fait l’objet d’un article scientifique co-écrit avec deux volontaires permanentes du Mouvement ATD Quart Monde et une chercheuse de l’université de Sherbrooke (Carrel et al, 2017), à partir d’un travail auquel ont participé des personnes en situation de pauvreté. Cette démarche d’évaluation portait sur la recherche en « croisement des savoirs » ÉQUIsanTÉ qui portait sur les barrières à l’accès aux soins en appliquant la méthodologie du croisement des savoirs issus du monde professionnel, du milieu de la pauvreté et du champ universitaire de la santé publique. Elle a évoqué sa surprise, au moment où elle avait pensé engager le travail d’évaluation avec ses propres méthodes scientifiques, de se voir proposer par ses interlocuteurs d’ATD Quart Monde de co-construire une méthode d’évaluation en « croisement des savoirs » de la recherche menée « en croisement des savoirs » ! Cette évaluation a ainsi pu être réalisée avec des personnes en situation de pauvreté accompagnées par les volontaires permanents du Mouvement ATD Quart Monde à Montréal.

Marion Carrel et ses co-auteures ont inscrit cette démarche d’évaluation dans le cadre analytique proposé par les épistémologies radicales (Medina, 2012 ; de Sousa Santos, 2016 ; Fricker, 2007). Que ce soit dans le cadre des épistémologies féministes ou dans le cadre des épistémologies postcoloniales, émerge un enjeu important d’« imagination sociale » (Medina, 2012) pour lutter contre les « injustices épistémiques », par conséquent, contre les injustices sociales dans une visée politique d’une part, et en faveur d’un pluralisme des savoirs dans une visée scientifique d’autre part.

Le processus de recherche du projet ÉQUIsanTÉ fondé sur la démarche du « croisement des savoirs » s’est fortement inspiré de la première expérience du programme Quart Monde – Université (voir la synthèse de l’intervention de Cyril Fiorini), par exemple à travers l’alternance du travail en groupe de pairs et du travail en plénière. Marion Carrel a présenté 2 des éléments principaux de la démarche d’évaluation en « croisement des savoirs » de la recherche ÉQUIsanTÉ :

    • La pratique de la non-mixité à travers la mise en place de groupes de pairs en alternance avec des séquences de travail en groupes mixtes ;
    • Les effets de la recherche ÉQUIsanTÉ sur la connaissance.

La pratique de la non-mixité

Marion Carrel a indiqué que la pratique de la non-mixité se réalise à travers la mise en place de groupes de pairs, en alternance avec des séquences de travail en groupes mixtes. Elle se fonde sur le postulat d’une égalité d’intelligence entre tous les individus, c’est pourquoi il existe un enjeu autour de la reconnaissance d’une intelligence différemment construite par les personnes en situation de pauvreté. Il existe toutefois une condition qui permet de rendre visible cette intelligence, de la faire émerger, c’est la nécessité de partir de l’analyse tirée du vécu, de l’expérience des personnes en situation de pauvreté (méthode des récits croisés, méthode du blason, photo-langage…). Au-delà d’un simple témoignage ou d’un simple récit, il s’agit de la construction d’une réalité, d’un savoir sur la pauvreté et de la possibilité de confronter différentes visions du réel et de différentes connaissances qui proviennent de différents champs.

À partir des processus sociaux observés dans le cadre du projet ÉQUIsanTÉ, Marion Carrel fait le constat que la non-mixité offre des temps de discussion et de réflexion qui permettent de mettre des mots, de constituer des ressources interprétatives pour que les individus puissent dire ce qui leur arrive (concept d’« injustice herméneutique » de Miranda Fricker (2007), voir la synthèse de l’intervention de Bruno Tardieu). Pour autant, elle indique que tous les participants au projet n’ont pas vécu et n’ont pas accepté de la même manière les ateliers en groupes de pairs.

Les effets en matière de connaissances du « croisement des savoirs »

Selon Marion Carrel, les effets en matière d’émancipation des démarches de recherches participatives radicales sont assez documentés et acceptés socialement, notamment dans le champ scientifique. Néanmoins, elle fait le constat que la reconnaissance de leurs apports en matière de production de connaissances est beaucoup moins acceptée. Plus concrètement, certains chercheurs peuvent soutenir de telles démarches pour l’émancipation qu’elles peuvent apporter aux individus impliqués, mais refuser fermement l’idée qu’elles puissent être productrices de connaissances. Marion Carrel considère que cet enjeu constitue le centre d’une bataille dans le champ scientifique, notamment dans le sous-champ de la sociologie.

Ces deux dimensions de la recherche en croisement des savoirs abordées par Marion Carrel ont fait l’objet de discussions dans le processus de la recherche ÉQUIsanTÉ mais ils constituent aussi de vraies controverses dans le champ scientifique, des objets de débats scientifiques toujours ouverts, même parmi les communautés de chercheurs s’intéressant aux « injustices épistémiques ».

1 https://recherche.cnam.fr/valorisation-partenariats/la-convention-de-partenariat-atd-quart-monde-cnam-cnrs-ceraps-et-gis-democratie-et-participation–1134570.kjsp?RH=rech_valo

2 https://www.participation-et-democratie.fr/prix-de-la-recherche-participative

3 https://www.participation-et-democratie.fr/un-panorama-des-recherches-participatives-0 et publié récemment dans une forme remaniée (Juan, 2021).

 

Bibliographie indicative

Carrel M. (2013), Faire participer les habitants ? Citoyenneté et pouvoir d’agir dans les quartiers populaires, Lyon, ENS Éditions, 274 p.

Carrel M., Loignon C., Boyer S. et De Laat M. (2017), « Les enjeux méthodologiques et épistémologiques du croisement des savoirs entre personnes en situation de pauvreté, praticien.ne.s et universitaires : retour sur la recherche ÉQUIsanTÉ au Québec », Sociologie et sociétés, vol. 49, n° 1, pp. 119-142.

Fricker M. (2007). Epistemic Injustice: Power and the Ethics of Knowing. Oxford: Oxford University Press.

Juan M. (2021), « Les recherches participatives à l’épreuve du politique », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 63, n° 1, Janvier-Mars 2021, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 19 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/37968 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.37968

Medina, J. (2012), The Epistemology of Resistance. Gender and Racial Oppression, Epistemic Injustice, and the Social Imagination, Oxford, Oxford University Press.

Ruphy, S. (2015), « Rôle des valeurs en science : contributions de la philosophie féministe des sciences », Écologie et Politique, n° 51, p. 41-54.

Santos B. de Sousa (2016), Épistémologies du Sud. Mouvements citoyens et polémique sur la science, Paris, Édition Desclée de Brouwer, 430 p.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search