Présentation de la séance 5 : “L’agroécologie : un champ de recherche participative”

Entendue comme un ensemble de pratiques fondées sur la co-production des savoirs entre des chercheurs scientifiques et des groupes concernés par une problématique de recherche, la recherche participative s’est déployée dans différents champs sociaux en France, et tout particulièrement dans celui de l’agroécologie depuis les années 1990.L’agroécologie témoigne en effet d’un nombre important de collaborations entre des chercheurs et techniciens d’une part et des paysans et leurs organisations d’autres part dans la production de nouveaux savoirs. Dans le cadre des recherches participatives, les paysans ne sont pas uniquement mobilisés dans le processus de recherche pour fournir une parcelle accueillant une expérimentation en plein champ conçue par les seuls chercheurs et techniciens. Ils s’y impliquent par l’introduction de leurs savoirs d’expérience et d’action en intervenant à différentes étapes, parfois même dès la phase d’identification et de formulation d’une question de recherche. En matière d’agroécologie, la démarche des recherches participatives se fonde alors sur un objectif qui dépasse le seul accroissement des savoirs scientifiques pour viser également un soutien aux pratiques professionnelles et collectives concernées et à l’émergence de conceptions alternatives des rapports entre production alimentaire et société.

À partir de trois perspectives différentes, la 5ème séance du séminaire “Expertise citoyenne et action publique” s’est intéressée aux modalités de réalisation des recherches participatives en matière d’agroécologie par la mobilisation des savoirs d’expérience et d’action détenus par les paysans et leurs organisations. Elle a cherché également à interroger leur apport pour l’évolution des pratiques des paysans et de leurs organisations pour le renforcement de l’expertise qu’ils détiennent et qu’ils mobilisent pour faire advenir des changements socio-politiques.

Lors du séminaire, nous avons pu accueillir les interventions de :

  • Isabelle Goldringer (Directrice de recherche INRAE, CNRS-INRAE-Université Paris-Saclay-AgroParisTech, GQE-Le Moulon) : “Retour sur 15 ans de recherche participative sur la gestion de la diversité et la sélection du blé tendre”
  • Pierre Rivière (Collectif Mètis) : “Développer les semences paysannes : est-ce que la fin justifie les moyens ? Témoignage après 4 ans dans un laboratoire de recherche et 4 ans salarié d’une association nationale”
  • Stéphanie Klaedtke (Chargée de missions Semences et santé des plantes, Institut de l’Agriculture et de l’Alimentation Biologiques, ITAB) : “De la biodiversité cultivée à la santé des plantes Co-évolution d’une approche du vivant et d’une posture de recherche”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search