Intervention de Simon de Carvalho (Président de l’Association des sinistrés de Lubrizol) : « Le caillou dans la chaussure : la contre-expertise citoyenne à Lubrizol »

 

Rassembler et mobiliser un large public

Simon de Carvalho est un père de famille qui se définit comme « M. tout le monde » et habitant de Rouen. Fort de son expérience du militantisme avec le mouvement des Gilets Jaunes, il s’est mobilisé suite à l’accident de Lubrizol du 26 septembre 2019 pour structurer un collectif et demander des informations sur l’ampleur et la nature de la contamination environnementale engendrée par l’incendie. Le point de départ de sa mobilisation repose sur le manque de clarté des messages relayés par les autorités publiques et l’industriel sur ces questions, laissant les habitants avec de nombreuses interrogations quant aux risques sanitaires auxquels ils avaient été exposés. C’est ainsi que Simon de Carvalho a fondé l’Association des sinistrés de Lubrizol. De fait, pour faire valoir sa parole auprès des autorités publiques, le collectif a dû se constituer en association. Ce statut juridique était ainsi nécessaire pour pouvoir participer aux réunions de concertation – notamment la réunion « Transparence et dialogue » mise en place par le préfet.

Pour Simon de Carvalho, la force de son association réside avant tout dans sa formidable ressource humaine : les rouennais ont été très nombreux à faire l’expérience du panache de fumée et des odeurs qui se sont répandues après l’accident, et ont ainsi été beaucoup à vouloir se mobiliser, dans les quartiers riches comme dans les quartiers pauvres. Un des défis principaux qu’il a rencontrés dans la fédération des luttes, qu’il avait déjà rencontré avec les Gilets Jaunes, était de faire travailler ensemble des militants aux profils et origines sociales très disparates. De fait, précise-t-il, alors que les militants mobilisés pour les acquis sociaux sont généralement d’origine modeste, les militants environnementaux sont d’avantage des cadres et des personnes aisées. Simon de Carvalho a ainsi vu l’affaire Lubrizol comme une aubaine qui permette de rallier les acteurs des mouvements sociaux et environnementaux. C’est dans cette optique de rassemblement qu’il a créé une association de quartier pour essayer de mettre en avant l’écologie dans les quartiers populaires, où la priorité est davantage donnée à la satisfaction des besoins primaires qu’aux préoccupations environnementales.

Simon de Carvalho a par ailleurs contribué à la création d’un collectif unitaire qui rassemble une cinquantaine d’organisations (dont des associations et des syndicats) dans le but d’établir la vérité sur l’affaire Lubrizol, en œuvrant notamment pour faire travailler ensemble tous les avocats intervenant sur le dossier, afin de réaliser un état des lieux complet des dossiers juridiques.

Le recours central aux médias dans l’organisation et la visibilité des luttes

Simon de Carvalho souligne la centralité des médias et en particulier des réseaux sociaux, qui ont été « une mine d’informations » sur l’affaire Lubrizol, qu’il qualifie d’« affaire 2.0 ». Le militant rouennais avait déjà remarqué la grande utilité des réseaux sociaux au cours de sa participation au mouvement des Gilets Jaunes : ces algorithmes permettent de s’organiser plus facilement, de communiquer et d’avoir accès à une information instantanée. C’est ainsi qu’après la catastrophe de Lubrizol, il a eu immédiatement, avec d’autres rouennais, le réflexe des réseaux sociaux, « le poumon de nos actions ». C’est par leur biais qu’ils ont appris que l’entreprise accidentée était classée Seveso, qu’elle utilisait et stockait des produits hautement dangereux et toxiques. Les réseaux sociaux ont en outre permis que se structure le collectif, en connectant à peu près 25 000 personnes.

L’association utilise également beaucoup les médias traditionnels, avec un recours différencié selon le type de média et son positionnement politique. Aux journalistes « amis » comme ceux de l’émission La Tête au Carré sur France Inter, ou aux journaux locaux qui « font un vrai travail d’investigation », les militants remettent des éléments d’enquête afin de monter des dossiers et des reportages, et de rappeler régulièrement l’existence de l’affaire Lubrizol. Avec les médias à l’audience importante mais moins favorables aux luttes militantes, tels que BFM TV, il s’agit de diffuser de l’information à grande échelle. Le recours aux médias vise à maintenir « l’affaire » ouverte, et visible sur le long terme. Et pour contrer les aléas de la temporalité médiatique, et remettre le dossier sur la table lorsqu’il a été éclipsé par une autre affaire (par exemple, l’accident de Lubrizol a été remplacé très rapidement par l’affaire Chirac), les militants passent par les réseaux sociaux, qui présentent l’avantage d’être suivis au jour le jour par le grand public, les journalistes, les avocats, ou encore les industriels.

Face à l’absence de données, bâtir une contre-expertise sur la contamination chimique

La préoccupation première de l’association concernait l’accès aux informations sur les substances chimiques qui ont brûlé et se sont disséminées dans l’air. En l’absence quasi-totale de communication de la part des industriels et du préfet, les militants ont effectué un travail très lourd de reconstitution pour savoir « ce qui leur était tombé dessus », qu’ils viennent de terminer. Ils ont ainsi identifié 600 produits, correspondant chacun à une dizaine de substances. Simon de Carvalho explique qu’il était très important de connaître les substances, car « c’est connaître les maladies de demain ». Le travail a été long et fastidieux, pour des militants qui n’avaient aucune formation en chimie industrielle. Simon de Carvalho indique que son rôle était principalement de « faire travailler les gens ensemble », ce qu’il sait bien faire.

Les données sur les produits retrouvés dans l’environnement ont été transmises aux médecins et aux épidémiologistes, afin d’identifier les pathologies auxquelles s’attendre sur le court et le long terme. Ce second volet d’enquête repose sur la capacité des militants à mobiliser ces scientifiques, qui devront travailler bénévolement.

Forte de l’expertise qu’elle a développée, l’association des sinistrés de Lubrizol a investi l’arène judiciaire. Elle s’est ainsi portée partie civile, en apportant ses données au juge pour déterminer quelle a été la nature du préjudice. Simon de Carvalho explique que face à l’État qui manque de moyens pour vérifier la nature des substances qui ont brûlé, et à l’industriel qui minimise les dangers, il fallait exercer une pression populaire, médiatique et politique.

Un objectif essentiel de la mobilisation des sinistrés de Lubrizol est de se voir reconnaître le statut de victimes, qui ont subi des dommages psychologiques, sanitaires et matériels. Or, ce n’est pas le cas actuellement, au contraire l’État « se félicite qu’il y ait zéro victime après l’accident Lubrizol ». Or zéro mort ne signifie pas zéro victime, souligne Simon de Carvalho.

———————————————————-

Sélection de liens et documents :

Association des sinistrés de Lubrizol : https://www.asl-rouen.fr/

Rapport d’inventaire des Fiches de Données de Sécurité Lubrizol, https://www.asl-rouen.fr/wp-content/uploads/2020/04/ASL-Inventaire-des-FDS-Lubrizol.pdf


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search