Intervention de Sylvie Ollitrault (CNRS, Arenès UMR 6051) : « L’expertise citoyenne, une mobilisation sans ressources ? Enjeux des luttes environnementales »

 

Sylvie Ollitrault est Directrice de recherche au CNRS en science politique, directrice de l’Unité mixte de recherche en sciences humaines et sociales Arènes (UMR 6051) et récemment nommée directrice de la recherche de l’École des hautes études en santé publique (EHESP). Ses travaux s’intéressent aux formes d’expression citoyenne, aux mobilisations environnementales et écologiques, ainsi qu’aux transformations contemporaines des modes d’action collective. Ils s’inscrivent dans la sociologie des mouvements sociaux et portent une attention particulière à la mobilisation des ressources par des militants, leurs répertoires d’action (comme l’usage de l’expertise, du droit et de l’alerte médiatique), leurs cadres d’interprétation et la contre-expertise qu’ils produisent. Elle fait partie de nombreux réseaux de chercheur.e.s, comme le Réseau des sociologues de l’environnement Ouest Atlantique, le Groupement d’intérêt scientifique del’Institut des Amériques, l’Association Française de Science Politique et le Consortium européen pour la recherche politique (European Consortium for Political Research).

La présentation de Sylvie Ollitrault prend pour point de départ un constat selon lequel, contrairement à l’expertise technique et étatique, les mobilisations environnementales et écologiques restent largement sans ressource que ce soit d’un point de vue matériel, immatériel ou cognitif. Elle appuie son intervention sur deux projets de recherche. L’un sur les mobilisations des profanes contre les antennes de téléphonie mobile à Rennes, financé par l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) et réalisé en collaboration avec Marcel Calvez et Véronique van Tilbeurgh, tout.es les deux professeur.es de sociologie à l’Université Rennes 2. L’autre sur la pollution de l’air intérieur, soutenu par l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) et conduit en Bretagne et Picardie avec Jean-Pierre Le Bourhis. Ces deux terrains de recherche se caractérisent, pour Sylvie Ollitrault, par des mobilisations citoyennes à bas bruit et sans ressource. Ce manque de ressources vécu par ces acteurs collectifs a été d’autant plus contraignant que leur principal répertoire d’action a consisté à construire de la contre-expertiseleur permettant de mettre en scène l’injustice qu’ils ont subie. La construction de cette contre-expertise concourt, pour Sylvie Ollitrault, à la cristallisation du conflit. Elle souligne que la capacité qu’ont les militants à se mobiliser et à construire une opinion favorable à leur cause dépend des ressources qu’ils ont à leur disposition. Les militants peuvent, par exemple, puiser dans l’information et le savoir, produits par les lanceurs d’alertes (héroïques ou savants), les associations, les syndicats ou les corps intermédiaires. Sylvie Ollitrault s’appuie sur l’exemple du cas de l’implantation des relais de téléphonie mobile à Rennes pour illustrer que les collectifs d’habitants se sont procurés des ressources construites par des lanceurs d’alertes éloignés du lieu de leur mobilisation. 

Sylvie Ollitrault constate que, dans cette mise en scène de l’injustice, les militants construisent une rhétorique autour de la notion de « citoyenneté ». Cette « citoyenneté » diffère largement de celle construite par le vote. Elle constate qu’en étudiant les mobilisations environnementales et écologiques, il s’agit de comprendre la manière dont les militants définissent leur citoyenneté. Elle s’appuie sur le cas des antennes-relais de téléphonie mobile pour illustrer que les militants de la classe moyenne et les habitants des quartiers périphériques avaient le sentiment d’être « oubliés », « méprisés » et « à côté ». Elle souligne que l’intime, comme le fait d’être parent ou de voir sa propre santé ou l’environnement proche se détériorer, joue un rôle non négligeable dans la construction de la citoyenneté. Les militants mettent alors en scène la manière dont une décision peut avoir des effets à long terme sur l’intime. Elle constate alors que, dans certains cas, les militants arrivent à imposer et à légitimer ce type de citoyenneté par rapport à l’intérêt général. 

Sylvie Ollitrault questionne ensuite les raisons qui poussent les groupes de citoyens à se mobiliser. Elle remarque qu’au cours de ses travaux à Rennes, sur la pollution de l’air intérieur et les relais de téléphonie mobile, elle était confrontée à la même « énigme » que Doug Mac Adam et Hilary Schaffer Boudey. Leurs travaux illustrent qu’aux États-Unis, sur un même sujet potentiel de mobilisation, certaines villes et quartiers se mobilisent, alors que d’autres non. Afin d’interpréter ce phénomène, elle s’oppose à l’idée, avancée par certains travaux en sociologie des risques, selon laquelle ce ne sont que des groupes avec un capital culturel et économique important qui peuvent se mobiliser. Pour elle, cette interprétation n’est pas fausse, cependant elle lui paraît trop simpliste. Elle s’appuie sur les travaux de Mac Adam et Schaffer Boudey pour constater que les communautés minoritaires peuvent avoir un potentiel de contestation relativement fort. Il dépend, pour ces auteur.es, de la proximité du danger et du sentiment de crainte ressenti par la population. Sylvie Ollitrault pousse plus loin cette analyse et constate, à partir de ses différents terrains de recherche, que la capacité de la population à se mobiliser dépend également de la configuration locale, de la mise en réseaux des organisations et des ressources cognitives que la population a accumulées dans le cadre de luttes passées. 

Elle aborde ensuite, au cours de sa présentation, la trajectoire de la plainte, qu’elle a pu étudier à partir des problèmes de la pollution de l’air intérieur et des antennes-relais de téléphonie mobile. Pour elle, la mobilisation de la contre-expertise a plusieurs enjeux : il s’agit de faire voir les victimes, compter (les victimes, la prise de médicaments etc.), ordonner le réel et dire la plainte. En ce sens, l’expertise citoyenne doit toujours « faire jeu » avec l’expertise savante. Elle explique que l’expertise citoyenne peut être par exemple prise dans le jeu d’un argument juridique où un avocat représentant des citoyens peut, pour des raisons de droit, privilégier un aspect de leurs savoirs plutôt qu’un autre. Sylvie Ollitrault met ensuite en débat quelques caractéristiques de ces plaintes qui ont recours à l’expertise. Tout d’abord, elle constate que, dans les mobilisations environnementales et écologiques, la construction du lien de causalité présente à la fois un frein et une opportunité. Elle remarque ensuite que les plaintes peuvent être diffuses, c’est-à-dire obtenir une reconnaissance au-delà du quartier, ou au contraire rester confinées au cas particulier. Le problème des antennes-relais de téléphonie mobile a pu par exemple bénéficier d’une relativement bonne diffusion, alors que celui de l’air intérieur était au moment de l’enquête singularisé et n’arrivait pas à monter en généralité. Enfin, une dernière caractéristique de ces plaintes est le recours au principe de précaution, qui souvent ne peut être appliqué. 

Pour conclure sa présentation, Sylvie Ollitrault revient sur la singularité et les transformations du militantisme environnemental et écologique qu’elle a pu observer au cours de ses travaux de recherche. Elle remarque que sa singularité tient au recours que les acteurs militants ont à l’expertise, nettement plus présent que dans d’autres mouvements sociaux. Elle constate que des militants environnementaux et écologiques ont institutionnalisé l’usage de l’expertise et de la contre-expertise dans leur répertoire d’action dès la naissance, à la fin des années 1960, du mouvement. Une autre singularité du militantisme environnemental et écologique est, pour Sylvie Ollitrault, l’importante circulation de leurs expertises à la fois à l’échelle internationale, nationale et locale, facilitée par la constitution de réseaux de savoirs partagés. Elle souligne également l’accès qu’ont les mouvements écologiques aux relais de diffusion, comme les médias et les élus locaux, leur permettant de diffuser leurs expertises. À la fin de sa présentation, elle attire l’attention sur une dernière singularité du militantisme environnemental qui est la détermination de ce mouvement à se positionner en tant que mouvement citoyen. 

———————————————————-

Bibliographie sélective : 

Calvez, M., Van Tilbeurgh, V., Ollitrault, S. (2015). « Les plaintes en santé environnementale et l’expertise épidémiologique ». Sciences sociales et santé, 4(4), 5-28. 

Ollitrault S., Bonny Y. (2012) « Introduction : Pour une approche pluridisciplinaire des mobilisations relatives à l’espace », in Bonny Yves, Ollitrault Sylvie, Keerle Régis et Le Caro Yvon (dir.), Espaces de vie, espaces enjeux. Entre investissements ordinaires et mobilisations politiques, Rennes : Presses universitaires de Rennes, pp. 7-19. 

Ollitrault, S., Jouzel, J. (2015). « Contre-expertise », in : Emmanuel Henry éd., Dictionnaire critique de l’expertise: Santé, travail, environnement. Paris: Presses de Sciences Po, pp. 86-91.

OLLITRAULT S., VAN TILBEURGH (2016),  « Les plaintes en santé environnementale »  in CALVEZ (M.), Hardy (M-C) (dir.), Territoires et santé : Usages, parcours et mobilisations. Rennes : PUR.

OLLITRAULT S., LE BOURHIS J-P, (2018), « La pollution de l’air intérieur : chercher la preuve… », in GAILLE M. (dir.), Pathologies environnementales. Identifier, comprendre, agir,  ed.CNRS.

Ollitrault, S., Villalba, B. (2014). «Sous les pavés, la Terre. Mobilisations environnementales en France (1960-2011), entre contestations et expertises », in : Michel Pigenet éd., Histoire des mouvements sociaux en France: De 1814 à nos jours. Paris: La Découverte, pp. 716-723.  


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search