Intervention de Bruno Tardieu (ATD Quart Monde) : « D’une réalité niée, au combat pour la prise en compte politique du savoir venu de l’expérience de la pauvreté »

Volontaire depuis 1981 du Mouvement ATD Quart Monde – mouvement de lutte contre l’extrême pauvreté présent dans 34 pays, qui a comme principe fondateur que ceux qui subissent cette situation doivent être les premiers acteurs de leur propre promotion -, Bruno Tardieu a été le Délégué national d’ATD Quart Monde pour la France de 2006 à 2014. Il est aujourd’hui coresponsable du Centre de mémoire et de recherche Joseph Wresinski du nom du fondateur du mouvement. Docteur en informatique et universitaire, il a écrit de nombreux articles et chapitres de livres sur l’éducation, les droits humains et l’engagement.

L’intervention de Bruno Tardieu s’est déroulée en deux parties. La première tient à sa responsabilité actuelle de directeur du centre de mémoire et de recherche Joseph Wresinski, dans lequel sont gardées les archives et l’histoire des combats d’ATD Quart Monde. Il propose ainsi sa lecture de la genèse de la démarche du « croisement des savoirs ». La deuxième tient à sa responsabilité précédente de responsable national d’ATD Quart Monde France, où le « croisement des savoirs » a fait partie d’une démarche politique de contribution à la loi de refondation de l’école du 8 Juillet 2013.

  1. La démarche du « croisement des savoirs »

Bruno Tardieu revient sur la naissance d’ATD Quart Monde en 1956 dans un camp des sans-logis à Noisy-le-Grand. Dans le contexte prospère des 30 Glorieuses, le récit dominant voyait dans ce camp des familles inadaptées au progrès, des « cas sociaux ». Il raconte l’histoire du Père Joseph Wresinski, qui resta 10 ans dans le camp et organisa la résistance à la volonté des pouvoirs publics qui voulaient raser le camp et disperser les sans-logis. Jean Labbens, un sociologue qui fit des enquêtes dans le camp, se rendit compte que ses questionnaires n’étaient pas adaptés. Il fut l’un des premiers à abandonner les grilles d’enquête sociologique pour mener des entretiens ouverts. Il collabora aussi avec les volontaires permanents du Mouvement ATD Quart Monde, car, par la vie partagée et l’action commune, ils percevaient les gestes qui révélaient ce que les gens savaient, pensaient mais ne disaient pas.

Bruno Tardieu expose comment les sociologues mobilisés par Joseph Wresinski sont parvenus à ce que la misère longtemps niée devienne un sujet d’étude, à l’occasion de deux colloques qui se sont tenus au début des années 1960. On sort ainsi de la première « injustice épistémique » – concept qui désigne la remise en question de la capacité d’une personne de se positionner comme productrice de savoir dans le discours – décrite par la philosophe britannique Miranda Fricker, l’injustice de témoignage, expliquée ainsi par Bruno Tardieu : « on ne vous crois pas, on nie la réalité que vous présentez ». Pour Joseph Wresinski et Jean Labbens, les sans-logis n’étaient pas inadaptés, mais plutôt très intelligemment adaptés aux conditions impossibles qui leur étaient imposées. Bruno Tardieu souligne que pour créer des cadres d’interprétation pertinents, il fallait que la population vivant la misère puisse les travailler collectivement. C’est ainsi que Joseph Wresinski et Jean Labbens ont proposé une notion nouvelle à l’époque, celle d’exclusion sociale, qui critique celle d’inadaptation. Il s’agit de renverser le récit dominant qui décrit l’expérience de la pauvreté comme faite d’échecs, de manques, d’erreurs, d’ignorances et nie qu’elle comporte aussi des courages, des résistances, des ressources, des intelligences et des savoirs. On touche là à la deuxième injustice épistémique de Miranda Fricker, l’injustice d’interprétation.

Bruno Tardieu revient ensuite sur les nouveaux cadres d’interprétation de l’expérience de la pauvreté qu’ATD Quart Monde a contribué à construire, et qui sont formalisés depuis les années 70 dans le dispositif des Universités Populaires Quart Monde. Reprenant la tradition des universités populaires du mouvement ouvrier, ce dispositif part du constat que les plus pauvres sont convaincus de leur non-savoir et de leur non-intelligence. Il vise alors à inverser cette réalité : à partir d’une question de société, chaque personne est invitée à analyser une expérience vécue en lien avec la question abordée, travaillée ensuite en petit groupe puis en groupe régional. Un expert intervient alors en session plénière, prenant appui sur les réflexions élaborées dans les petits groupes.

Or, ce savoir issu de l’expérience de l’injustice n’était pas reconnu par les universitaires, qui le considéraient comme militant et non neutre. Bruno Tardieu s’appuie là encore sur la prise de position fondatrice de Joseph Wresinski. A partir du colloque de l’Unesco de 1965, un groupe permanent Pauvreté avait été créé au sein de l’Association Mondiale de Sociologie. En 1983, devant ce groupe de travail, Joseph Wresinski mit en avant la partialité de la connaissance universitaire de la pauvreté. Ainsi, cette connaissance ne peut être mobilisatrice qu’en tenant compte de deux autres parts de connaissance : celle que possèdent les pauvres « qui vivent, de l’intérieur, à la fois la réalité de leur condition et la réalité du monde qui la leur impose » et celle « de ceux qui agissent, parmi et avec les victimes dans les zones de grande pauvreté et d’exclusion » (Wresinski, 2007, p.53). Joseph Wresinski dénonça l’approche prédatrice d’une majorité de chercheurs qui transforment les pauvres en informateurs au service de leurs propres questions de recherche.

  • Influencer la loi de refondation de l’école. De l’intérêt politique du « croisement des savoirs »

Bruno Tardieu a consacré la dernière partie de son intervention à une démarche dont il a été l’acteur, développée dans la thèse d’Alex Roy : « De l’infrapolitique à la révolution démocratique : ethnographie culturelle du mouvement ATD Quart Monde » (Roy, 2019). Elle a donné lieu à la création d’une plateforme commune réunissant ATD Quart Monde, trois grands syndicats d’enseignants et les deux grandes fédérations de parents d’élèves, et des représentants militants ou chercheurs de courants pédagogiques avant les élections de mai 2012. La loi de refondation de l’école de la république du 8 Juillet 2013 a repris des éléments clés de la plateforme commune et inscrit pour la première fois la nécessité de la pédagogie de la coopération.

Bruno Tardieu a présenté les actions de recherche collective de quartier, qui ont identifié quatre acteurs-clés pour une école de la réussite de tous : les enfants, les enseignants, les parents défavorisés et les parents d’autres milieux qui acceptaient de participer et avaient un a priori favorable, qui se sont nommés les « parents solidaires ». Ces différents groupes ont été intégrés dans une première démarche de « croisement des savoirs ». Les travaux des groupes de pairs ont permis d’identifier des différences en termes de préoccupations : les parents solidaires (de classe moyenne) étaient très préoccupés par l’aval de l’école, c’est-à-dire les débouchés professionnels, les enseignants et chercheurs par le temps dans l’école, et les parents défavorisés par l’amont de l’école, c’est-à-dire la crainte que l’enfant ne soit pas accepté à l’école. Ces travaux ont également mis en évidence l’importance de la qualité de l’accueil réservé aux parents défavorisés, qui conditionne la bonne intégration de l’enfant. Ils ont enfin mis en avant la centralité de la pédagogie de la réciprocité, qui incite les enfants à apprendre les uns des autres, pour une reconnaissance mutuelle entre les enfants.

Pour Bruno Tardieu, le « croisement des savoirs » est une manière pour des publics affaiblis, démunis et dominés de dire une expérience et une pensée sur les injustices vécues en toute sécurité. Il s’agit d’une démarche très lente qui commence par groupes d’acteurs séparés et sécurisés, qui partagent ensuite en recherchant le commun et le différent. Elle est intéressante en ce qu’elle permet de déplier des violences vécues sans y ajouter de violences épistémiques, de sortir de l’émotion légitime provoquée par la violence, et de travailler ensemble à la construction d’alliances politiques solides qui peuvent avoir un impact qu’aucun des différents groupes seuls ne pourrait avoir.

———————————————————-

Bibliographie sélective :

Fricker M. (2007). Epistemic Injustice: Power and the Ethics of Knowing. Oxford: Oxford University Press.

Jousset D., Tardieu B., Tonglet J. (2019). Les pauvres sont nos maîtres ! – Apprendre de ceux qui résistent à la misère : le paradoxe Wresinski. Paris : Hermann.

Labbens J. (1978). Sociologie de la pauvreté. Le tiers monde et le quart monde. Paris : Gallimard.

Roy A. (2019). De l’infrapolitique à la révolution démocratique : ethnographie culturelle du mouvement ATD Quart Monde. Thèse de doctorat en histoire, Université de Lyon.

Tardieu B. (2015). Quand un peuple parle – ATD Quart Monde, un combat radical contre la misère. Paris : La Découverte.

Wresinski J. (2007). Refuser la misère : une pensée politique née de l’action. Paris : Editions Quart-monde / Editions du Cerf.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search